Embuscades en permanence

 

Une heure pouvait être longue en salle de permanence quand on n’avait pas d’alexandrins à apprendre par coeur  pour Bacardatz , pas de devoir à terminer (ou copier, qui se disait "centrer"),  ni même envie de vagabonder dans le Lagarde-Michard du siècle et de l’année.

On n’avait pas toujours un partenaire disponible pour un morpion ou une bataille navale.

Il fallait tuer le temps.

Dessiner une grande Corse biscornue avec le cap à l’Ouest et de profonds golfes échancrant la côte orientale pouvait agacer plaisamment Monsieur Costa-Marini mais l’exercice m’était difficile car il avait été, durant la grande guerre, potache au lycée de Bastia avec mon père qui n’aurait pas apprécié.

Lors d’une morne matinée pluvieuse où une très exceptionnelle absence de Monsieur Bringuier nous avait expédiés de 9 à 10 heures dans la grande salle, Jacky fut grand.

Seul à son pupitre, il traçait des figures géométriques à la règle et au compas sur son cahier, avec une application insolite et vaguement outrancière. Mais l’on remarqua vite qu’en alternance, il consultait aussi, d’un air gourmand, un livre dissimulé ouvert sur ses genoux ou dans la case. Avant de plonger quelques instants son regard dans la case,  il le promenait à la ronde, prudent et craintif. Chacun pensa qu’il disposait d’un Bibi Fricotin, de Miroir-Sprint, Paris-Hollywood voire de l’Amant de Lady Chatterley.

Le manège discrètement ostentatoire n’échappa pas à Monsieur Rose, le surveillant antillais qui était de service ce matin-là.  Il l’observa un moment, les yeux mi-clos, pour achever de se convaincre puis se leva lentement. Il fit un premier aller-retour faussement décontracté dans l’allée opposée à celle de Jacky qui continuait. Il repartit dans la même allée et contourna par le fond les tables de la rangée centrale et s’immobilisa à quatre mètres dans le dos de Jacky. Celui-ci sembla ne remarquer ni le silence anormal qui s’était instauré, ni les pstt-avertissements de ses copains qui n’auraient pourtant pas dû lui échapper. Il paraissait trop absorbé par sa double activité.

Suspense et enfin Monsieur Rose bondit comme une panthère sur une antilope et plongea la main dans la case pour en retirer un Maillard-Millet de trigonométrie et les tables de logarithme de Bouvart et Ratinet. L’effroi, la surprise et l'innocence outragée se peignirent sur le visage d’un Jacky angélique qu’on eût juré injustement distrait d’une tâche ardue.

Monsieur Rose bredouilla quelques paroles incohérentes et s’en fut maussade vers sa chaire qu’il ne quitta plus jusqu’à la sonnerie.

 

                                                                                                                                                                                                    Avril 2006